Quels rôles pour les avatars ?

30 juin 2008

On les appelle AVI (Agents Virtuels Intelligents), ACA (Agents Conversationnels Animés) ou encore Avatars, ils peuvent répondre à la norme H-Anim, ou aux normes MPEG4 BAP et FAP, leur intelligence (artificielle), est plus ou moins développée de même que leur autonomie, en 2012, ils seront plus d’un milliard et peupleront les mondes virtuels.

Quel sera leur rôle ?

On voit d’ors et déjà se dessinner de multiples fonctions. As An Angel, une entreprise spécialisée dans le domaine leur a même attribué de véritables métiers :

Animateur (trice) de communication interne, assistant(e) client, assistant(e) organisation interne, conseiller(e) pour la vente en ligne, formateur (trice), guide sur site pour le marketing électronique, technicien(ne) pour le support client…

dans des secteurs aussi variés que la formation, la communication, l’événementiel, le marketing, la relation client, le support technique ou l’administratif et l’organisation.

Pour Concept SL, qui a développé le concept de « médiatar », il s’agit de véritables médiateurs entre « vous et vous » dès lors que ces mediatars auront appris à « vous connaître mieux, connaître vos habitudes, vos contraintes, vos projets, éventuellement l’étendue de vos connaissances… »

Il deviendront alors progressivement des « coach digital » : « Aujourd’hui nous apercevons les prémisses de l’introduction d’une tierce personne synthétique dans les rapports humains à humains. Les médiatars peuvent jouer le rôle de tiers de confiance, un référent totalement objectif – chose impossible chez l’être humain – ou bien se muer en coach digital et vous accompagner dans votre évolution autant personnelle que professionnelle ».

 Voici pour illustrer ces propos, une vidéo sur la création et la personnalisation d’avatars dans les espaces 3D développés par I-Maginer.

Publicités

Web 3D, mondes virtuels et médias sociaux

17 juin 2008

Saluons tout d’abord une remarquable initiative : la naissance du blog MediasSociaux.com consacrés aux nouveaux medias sociaux :  » 2008 sera une année charnière dans l’histoire de l’internet, car elle marquera l’avénement des medias sociaux. Blogs, réseaux sociaux, portails collaboratifs, lifecast…L’éventail d’outils d’expression offerts aux internautes est tous les jours plus vaste ».

…et la 3D dans tout celà ?

Elle n’est pas en reste puisque les mondes virtuels figurent en bonne place dans le panorama des medias sociaux réalisé par Fred Cavazza :

 

De fait les mondes virtuels sont par excellence des media sociaux, centrés sur l’échange, le partage et la collaboration avec en plus la possibilité d’immersion et de scénarisation de l’espace et bien sûr, l’émotion que procure la rencontre de « jumeaux virtuels » animés que sont les avatars.

Mais au delà de ces mondes virtuels c’est la dynamique du web qu’il faut considérer : le web dans son ensemble devient plus social et collaboratif (ce qu’on a appelé le web 2.0) aujourd’hui et sera plus 3D demain. D’où l’idée du « Web 3D collaboratif » qui à mon sens est le véritable futur du web.

Voici pour conclure une approche d' »ethnographie numérique » qui retrace bien ces différentes étapes.


Connaissez-vous Minazio ?

13 juin 2008

Premier artiste a avoir créé une Galerie d’Art 3D Temps Réel,  » Avat’Art Project »,  Jean-Marie Minazio développe depuis 2006 des concepts visionnaires mêlant art et technologies avant-gardistes.

VIP-Universe-200

Jean-Marie Minazio est l’auteur d’un « manifeste de l’art pixeliste et atomiste » dont je vous livre quelques extraits :

« L’art numérique, longtemps appelé « art technologique », est un art encore mal reconnu, voir même parfois rejeté comme le fut la photographie en son temps. L’institution est technophobe. Là ou certain ne voit que « technologie » l’artiste fait preuve en réalité de « maîtrise ». L’ordinateur est utilisé en « extension » de soi et non en « suppléant »… Il ouvre les portes de la plus grande des libertés de création en mettant à disposition de l’homme des outils non seulement « conventionnels » mais aussi d’autres totalement nouveaux. En cela aussi l’Art Pixéliste et Atomiste est un art d’hybridation. »

« Le pixel et l’atome ont été choisis pour plusieurs raisons. D’abord ils représentent les plus petites unités de construction des œuvres dans deux mondes différents, le « virtuel » et le « réel ». Les créations sont le résultat de la fusion de ces deux univers, l’un immatériel, numérique et donc composé de pixels, l’autre concret, composé d’atomes. « 

Pour découvrir son oeuvre, il suffit de se rendre sur son site « Dream and Sense »

Voici enfin une vidéo de présentation de sa galerie d’art virtuelle réalisée en partenariat avec I-Maginer.


La 3D ne sert à rien… si l’on ne sait pas s’en servir !

12 juin 2008

C’est ce qui ressort clairement, tant de la dernière étude de l’institut Gartner montrant que faute de ciblage clair et de définition des objectifs, 90% des expériences des entreprises dans les mondes virtuels sont vouées à l’echec, que des leçons de l’excellent blog KZero (The World is Not Enough ).

Autrement dit, il ne suffit pas de faire de la belle 3D pour développer le web 3D et attirer de nouveaux utilisateurs ou visiteurs, encore faut-il se poser les bonnes questions en termes d’usages et de cibles de ces mondes virtuels. Alors là oui, le web 3D peut s’insérer dans une véritable stratégie marketing multi-canal (cf mon article dans Neteco).

Pour ce qui est des usages, KZero en voit se dessinner principalement 3 à l’horizon 2009 :

– La formation pour les adolescents, parcours pédagogiques scénarisés dans des espaces 3D.

– Les mondes miroirs, reproduction virtuelle d’espaces réels.

– Les mondes virtuels d’entreprises à usage B2B : communication, événementiel, animation de réseaux de partenaires…

I-Maginer s’est clairement positionné sur ces questions d’usages en définissant à la fois des axes prioritaires (travail collaboratif, formation, événementiel, marketing…) et un concept de « mondes virtuels privés », sur mesure, dédié à l’entreprise.

C’est la seule stratégie gagnante, qui passe également par une véritable scénarisation des espaces en fonction des usages définis (espace de formation, de réunion, de travail collaboratif, site 3D événementiel ou institutionnel, média, showroom 3D, boutique 3D), par l’intégration réussie de données multimedia (audio, vidéo, images..), par l’échange et l’interaction entre visiteurs par avatars interposés.

C’est cette réflexion sur les usages et cette vision de l’avenir des mondes virtuels qui nous a conduit à choisir la technologie open source Scol pour réaliser nos développements.

Et c’est sans doute seulement sur ces bases que l’on peut suivre Gartner quand il prévoit qu’à l’horizon 2012, 70% des entreprises auront créé leur propre monde virtuel.


Immersif, interactif, intutif, immédiat…

12 juin 2008

…tel se présente le web 3Di ! Au service du travail collaboratif, de la société de la connaissance et de l’intelligence collective. Une belle démonstration illustrée.


Comprendre les mondes virtuels

11 juin 2008

Une visite guidée et commentée des principaux mondes virtuels existants.


Les usages professionnels des mondes virtuels

10 juin 2008

S’il fallait caractériser en 3 mots l’apport du web 3D au monde de l’entreprise, je dirai sans conteste : immersion, émotion, scénarisation.

Immersion : Les environnements web 3D sont immersifs, donnant à leurs visiteurs la possibilité d’une navigation dans les 3 dimensions et donc un accès aux contenus beaucoup plus naturel que le parcours d’arborescences ou l’ouverture successive de multiples fenêtres. Qu’il s’agisse de produits (représentés en 3D), de vidéos, d’images, d’audio, d’animations (d’objets ou de personnages), la 3D et le virtuel permettent véritablement de simuler nos modes d’interactions réels.

Emotion : Ces environnements web 3D sont non seulement immersifs mais également multiutilisateurs. Autrement dit, on n’y est pas seul, on peut y faire des rencontres, interagir avec les autres, voir et être vu. L’avatar humanise le web et permet sans aucun doute de de véhiculer l’émotion humaine absente de la technologie. D’où l’intérêt d’avoir des avatars animés, de pouvoir reproduire aussi fidélement que possible, geste, animation faciale et tous les éléments qui constituent la communication non verbale, véhicule de l’émotion.

Scénarisation : La 3D permet enfin de scénariser l’espace, autrement dit de l’habiter en créant différentes animations : simulation du fonctionnement d’objets, déplacements d’avatars ou d’agents virtuels, lancement de vidéos ou d’audios, interactions multiples entre avatars, jeu de caméras ou de lumières… De nouveaux métiers sont à créer autour de la scénarisation 3D.

Les applications : formation à distance, simulation, expérimentations de produits et services, innovation ascendante, événementiel, travail collaboratif, visites virtuelles…

Voici quelques exemples en image de réalisations d’I-Maginer autour de ces applications.

Galeries d’art

 

 

Boutiques 3D

 

Showroom 3D

 

Immobilier 3D

 

Travail collaboratif

 

Co-création, innovation ascendante

 

Et plus à venir sur notre nouveau site web en construction…